Personal Taste : Game Over

Personal Taste est l’histoire d’un jeune architecte. Sa petite agence – qu’il dirige avec l’un de ses meilleurs amis – a enfin l’occasion de signer un gros contrat . Mais une fausse rumeur se propage : notre héros serait homosexuel. Pour des raisons professionnelles, il décide de taire la vérité.
Mais tout ce complique lorsqu’il tombe amoureux. Car suite à ce malentendu, l’élue de  son cœur l’a élevé au rang de meilleur-ami-gay. Comment va-t-il maintenant gérer ses sentiments alors que son avenir professionnel est en jeu ?

Une fois  n’est pas coutume : ce sont les posters promotionnels qui m’ont incitée à regarder ce drama (non parce qu’il y de quoi être traumatisée des fois). Je ne connaissais pas les deux acteurs (et oui, même Eau de Mignon) mais leur alchimie m’a plu. Sauf que…

Sauf que j’ai dû attendre 7 épisodes (!) avant de commencer à trouver un vrai charme à cette série. Et encore… A ce jour,  je n’ai pas pu dépasser l’épisode 1O. Soyons honnête : Personal Taste serait sûrement passé à la trappe, si mes premières heures de visionnage n’avaient pas été ponctuées par  des flashbacks du film Three to Tango.
Comme ce film date de 10 ans maintenant , j’imagine que la majorité des spectateurs n’auront pas fait le rapprochement. Mais mon esprit, si. Et pour vous rafraîchir la mémoire…

De gauche à droite : Peter, Oscar, Amy et M. Newman

THREE TO TANGO est l’histoire de JIN-HO OSCAR, un jeune architecte. Sa petite agence – qu’il dirige avec  SANG-JOON PETER l’un de ses meilleurs amis – a enfin l’occasion de signer un gros contrat  avec M. CHOI M. NEWMAN. Mais une fausse rumeur se propage : notre héros serait homosexuel. Pour des raisons professionnelles, il décide de taire la vérité.
Mais tout ce complique lorsqu’il tombe amoureux. Car suite à ce malentendu, GAE-IN AMY l’élue de  son cœur l’a élevé au rang de meilleur-ami-gay. Comment va-t-il maintenant gérer ses sentiments alors que son avenir professionnel est en jeu ?

Vous… Voyez ce que je veux dire ?
Cela étant dit, les similitudes s’arrêtent à la trame de base car le film et le drama ont su développer des univers bien distincts. À commencer par le couple principal : Jin-Ho (Lee Min-Ho) et Gae-In (Son Ye-Jin).

Il est beau, maniaque et méprisant tandis qu’elle est naïve, bordélique et mal fagotée. Même si leur première rencontre se finit sur un échange de mains aux fesses (hé hé), une suite de péripéties va nourrir leur animosité mutuelle : Jin-Ho passe pour un pervers-dragueur-gay et  Gae-In  pour une vieille-fille-folle-hystérique. Et quelle est donc la meilleure chose à faire lorsque deux personnes ne se supportent pas ? On les colle sous le  même toit ! Jin-Ho finit donc par s’installer à Sanggojae, la maison familiale de Gae-Jin.


Ok, je VEUX vivre dans une maison Hanok moi aussi

Après ça devient compliqué : Gae-In veut être coachée par le gay Jin-Ho pour se venger de son ex Chang-Ryeol. Le mufle l’a laissée tomber un soir pour se marier dès le lendemain (!) avec sa meilleure amie In-Hee (?!!!) … Qui décide de tout annuler en cours de cérémonie sois disant humiliée par la présence de Gae-In. In-Hee étant sans scrupules , elle décide de mettre le grappin sur Jin-Ho. Qui lui-même est en compétition avec Chang-Ryeol – non pas juste pour les beaux yeux de Gae-In – mais aussi à un niveau professionnel. Une sombre rancœur familiale à régler apparemment. Euh…

Quelqu’un ? Au secours ?

*aww* s’te bouille

Sur ce,  arrive M. Choi (Do-Bin de son petit nom) joué par l’excellent Ryoo Seun-Yong. Directeur de musée, Do-Bin tombe sous le charme de Sanggojae. Il sollicite régulièrement l’architecte qui l’a construite, afin d’entamer une collaboration. Mais celui-ci – le père de Gae-In – refuse toutes propositions. Do-bin décide alors de lancer un appel d’offres auquel la société de Jin-Ho participe (là, on comprend la présence de notre héros à Sanggojae qui est normalement interdite aux visiteurs. On se demande quand même d’où cette maison tient cette réputation de boomker quand on voit que personne ne prend jamais la peine de FERMER cette fichue porte d’entrée… Ahem). Au fil de leurs rencontres, une estime mutuelle s’établit entre les deux hommes.

Comment vous dire ? Quelque chose entre ces deux-là, relève de la grâce. Pure. Et c’est une très agréable surprise. Quelque chose bascule le temps d’une simple partie de pêche, le temps pour Do-Bin et Jin-Ho d’évoquer leur premier amour. Rien ne se passe et pourtant… La qualité de présence entre ces deux acteurs est troublante. Elle trouve son apogée un peu plus tard au musée lorsque Do-Bin déclare ses sentiments à Jin-Ho. Tout en retenue et vulnérabilité. Jin-Ho  sort de leur entretien abasourdi et tombe sur un Chang-Ryeol décérébré qui vient d’apprendre l’orientation sexuelle de Do-Bin. Colère et frustration. Do-Bin surprend leur conversation.

CHANG-RYEOL :  » Allez, admets-le… Admets que tu n’es là que pour profiter de M. Choi, hein ? Sinon quoi ? Tu vas me dire que tu es vraiment homo peut-être ? « 

JIN-HO (qui vient d’apercevoir Do-Bin) :  » … »

CHANG-RYEOL :  » Réponds-moi. »

JIN-HO :  »  C’est vrai… Je… Je suis gay. »‘

Et là mon cœur s’envole vers Jin-Ho. Choisir de protéger ce que Do-Bin venait de lui donner : sa sincérité. Comprendre à quelle point elle est fragile et précieuse. Jin-Ho, je t’aime. Ces moments sont tellement sobres, intenses et justes qu’ils réussissent à irradier les épisodes suivants. Et je réalise : voilà, c’est ça que j’attendais, c’est ce ton, cette atmosphère que Personal Taste aurait dû travailler et explorer. Quelque chose qui miserait plus sur l’ambiance et qui laisserait venir et  monter l’émotion – quelle qu’elle soit – à fleur de peau.

Et puis tout a fichu le camps avec le baiser Game Over (ironie quand tu nous tiens). Alors oui, en soi, c’est LE baiser tant attendu où les deux parties sont sobres (mazette!) et conscientes de leur acte. Et en plus on a le droit à un vrai baiser et non à un smack. Donc je le reconnais, selon les critères en vigueur à Dramaland, il y a de quoi faire la fête. Sauf que…
Je suis allergique aux gestes amoureux censés être significatifs pour les deux personnes concernées mais qui se soldent par une démonstration-devant-public. Il n’y a rien à prouver à personne, c’est un moment d’intimité bon sang !
Alors Jin-Ho tu remballes tes « Game Over » genre « Fini de jouer maintenant » et autre « vas-y que je t’agrippe le poignée » korean style, hein. Tout ça, c’est NON. Voilà. D’autant que deux secondes avant, môssieur ne bouge pas d’un cil quand In-Hee lui tripote caresse la main, donc bon *soupir* (par contre, j’ai adoré voir Gae-In se lever à ce moment-là plutôt que d’essayer en rajouter – au hasard – en faisant la même chose à Chang-Ryeol. Le geste d’In-Hee et l’accord tacite de Jin-Hoo la blessent et elle ne s’en cache pas : Gae-In tu m’as impressionnée sur ce coup-là).

AAAAAAAHHHHHH !!!!!

Personal Taste n’a rien d’horrible, hein. Que tout ça ne vous empêche pas de tenter votre chance. Il y a pleins de moments très sympathiquesentre nos deux tourtereaux.  Les fans d’ Eau de Mignon en auront pour leur argent. Les (trop rares) moments d’ironie de Gae-In sont jubilatoires. Et  j’ai adoré Sang-Joon et ces inimitables Eonni !
Mais tout ça n’aura pas suffit à me faire poursuivre l’aventure. Personal Taste tu m’as laissé entrevoir un monde  de possibilités avec la relation de Jin-Ho et Do-Bin. Pour ça, je te remercie. Mais  je sais maintenant que tu peux mieux faire. Et me sentir frustrée pour le restant des épisodes, c’est non.

Et voilà, fin de mon tout premier commentaire de dramas. Merci pour votre attention :  화이팅 !

Article relatif :
Lee Min-Ho : prochain drama

3 réflexions au sujet de « Personal Taste : Game Over »

  1. Hi there, I come this blog from dramabeans. I didn’t understand the language here but I have fun watched all the pictures and I can tell you a good writer.

    Just wanna asked a silly question. I have been hesitated to watch PT. It didn’t apeal to me very well but can I know which ep is the kiss scene above? LOL. I never a fan of LMH. I can’t attached to his acting but maybe I willing to give this a try for SYJ.

    Thanks in advance

    1. Hello anastassia
      and welcome here !

      Thank you for your kind compliments, glad that you enjoyed the pictures at least🙂 (but I still have a long way untill my writing skills would be good… Hence the blog’s exercice lol)

      Anyway about your question (which is not silly at all) : the kiss scene is from episode 10.

      I heard about LMH because of BOF but I never saw the drama… Actually I didn’t know any actors from the main cast, I was just intrigued by the promo posters ^^
      To sum up my review I watched PT untill episode 10… I couldn’t go further because I felt that the show had so much potential but couldn’t keep this road… And I didn’t want to be disappointed lol.

      Let’s say that my favorite part was between episode 7 and 10, before that it was ok to watch it but I didn’t feel any « special » connection to it, if you see what I mean ?

      LMH’s acting is ok I guess, but it really blew my mind in episode 7 because of his interaction with Do-Bin character (played by Ryoo Seun-Yong). Very sober but so intense at the same time, so I knew why I was watching this drama at this point.

      SYJ is fine, especially when she has some sassy behavior even if her character is the too naive to be true kind of gal.

      I don’t want to spoil you the story so you might give it a try and come back and let me know what you thought about it ? ^^

  2. Merci pour ton goût personnel sur ce drama. ^^

    Ah, toi aussi, la porte d’entrée …. lol

    Franchement, s’il n’y avait eu Sang Joon, j’aurai décroché. Il a un grave talent d’acteur, son impro à Sanggojae quand il prétend que Jin Ho est son petit ami (qui lui ferme la porte au nez) m’a faite pratiquement mourir de rire … En plus, il s’entend visiblement bien avec Choi Eun Seo alias Hye Mi qu’il appelle « Unnie » (mdr moi aussi) : un bonheur ! Sauf que comme il ne correspond pas aux critères de beauté, il a nettement moins de succès que l’eau de Minaud (mais moi je veux bien ^^). Je suis sûre qu’on ne doit pas s’ennuyer avec celui-là et il me semble que depuis le tournage, il est resté proche de LMH.

    Quant à Ga In, je n’ai pas du tout reconnu Son Ye Jin qui a joué des rôles qui la mettent nettement plus en valeur (inoubliable dans « A moment to remember » et très sexy dans « The art of seduction »). Un caméléon.

    Ce que j’ai bien aimé, aussi, c’est le caméo de Kim Nam Gil au 2è plan, dans le café lors d’un échange entre la peste et une demoiselle. lol

    Définitivement pas dans mon top 10 (pour l’instant, ça se limite à 3 lol).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s